LEYSIN – PRAFANDAZ (CH)

Par : Marie Sido | 11 Jan 2015

Dans nombreux de mes articles précédents, je vous avais parlé d’un lieu par lequel beaucoup de randonnée passent. Il s’agit de : PRAFANDAZ (alpes vaudoises)

Je vous propose aujourd’hui de prendre un peu plus de temps sur cet endroit qui après les premières neiges nous réserve beaucoup de surprises !

EN BREF
– Lieu de départ (en transport public) : Gare Leysin-Feydey ou terminus Grand-Hôtel
– Lieu de départ (en voiture) : Parking du restaurant de Prafandaz
– Longueur : environ 3 km (depuis la gare)
– Temps de marche : 1h30 (aller-retour)
– Difficulté : facile
– Dénivellation : 180m

DESCRIPTION DE LA BALADE
Si vous êtes en transports public, vous avez la possibilité de vous rendre au point de vue de Prafandaz en venant à pied depuis la gare de Leysin-Feydey voire même depuis le terminus Grand-Hôtel. Il vous suffira ensuite de de rejoindre la route principale direction Prafandaz. Vous suivrez ensuite la route des chamois puis la route de Prafandaz sur votre droite jusqu’au restaurant de Prafandaz.

Si vous êtes en voiture, vous pouvez facilement vous rendre au parking près du restaurant de Prafandaz en suivant les mêmes routes. Cependant faites bien attention, la route se sépare en haut de la première montée. La route à gauche vous mènera dans un cul de sac. Il vous faut toujours prendre la route sur la droite une fois la carrière des chamois dépassée.

Une fois arrivé au parking du restaurant, il vous suffira de suivre le chemin qui mène au point de vue et apprécier le paysage qui vous entoure. Une aire de pique-nique est également mis à disposition pour une pause repas avec un vue plongeante sur le Lac Léman. Ca y est vous êtes arrivés à Prafandaz !

Pour ma part, j’ai eu le privilège d’apprécier la petite balade avec les premières neiges et également de savourer un magnifique coucher du soleil sur le lac. Un pur moment de bonheur et de sérénité !



 

Ecrire un commentaire

Commentaires récents

  • DAD 5 années ago

    Photos de nuit magnifiques à Prafandaz, bravo Marie !